Région Alsace CCI d'Alsace

Académie de Strasbourg Chambre de Métiers d'Alsace

La fin des stages hors cursus

L’amendement visant à rendre illégaux les stages hors cursus est adopté

Un amendement du rapporteur Jean-Claude Carle (UMP) interdisant les stages hors cursus et confiant la vérification de l’adéquation du stage avec le cursus universitaire de l’étudiant au Bureau d’aide à l’insertion professionnelle (BAIP) a été adopté par le Sénat mardi 14 septembre au soir. De même, un autre amendement déposé par Christian Demuynck (UMP) proposant qu’un employeur ne puisse pas accueillir, en stage dans son entreprise, une personne déjà diplômée a également été incorporé dans l’article 13 bis B du projet de loi sur l’orientation et la formation professionnelle tout au long de la vie.

En revanche, l’amendement du groupe socialiste visant à mieux encadrer les stages étudiants, qui stipule notamment que "l’établissement d’enseignement doit contrôler l’adéquation du contenu du stage avec la formation suivie" et "l’organisme d’accueil [doit s’engager] à accompagner le stagiaire et doit à cette fin désigner une personne directement responsable de ses activités dans l’entreprise, dénommée maître de stage" a été rejeté. D’autre part, le souhait du groupe communiste d’empêcher la durée (initiale ou cumulée) d’un stage d’excéder les 6 mois, n’a pas été exaucé.

Enfin, ceux-ci proposaient de rémunérer les périodes de stages à partir du premier mois. La encore, ils n’ont pas obtenu satisfaction.

Le 17 septembre 2009, par Aurélie GERLACH, Centre INFFO, "L’actualité de la formation"